Chapitre 6: Nouvelles règles

*Jules KISSO
A présent que Rose n’est plus de ce monde, je vais pouvoir prendre Lucie avec moi. Je sais que tout va bien se passer avec mon épouse, elle n’a pas arrêté de me reprocher d’avoir laissé la petite avec sa mère qui « manque de civilisation ». J’espère juste qu’elle verra la chance que je lui offre avec une nouvelle mère et une sœur. Je prends mon téléphone et envoie un sms sur le numéro de sa Rose. Je sais bien que c’est Lucie qui l’utilise maintenant. « Range tes affaires d’ici la fin du mois pour venir emménager chez moi ». Ma belle fille était assise à mes côtés, je m’adresse à elle :
-Inès, vas me chercher ta mère s’il te plaît
Béatrice arrive une minute plus tard, en traînant des pieds
-J’étais en pleine lecture, j’espère que c’est important?
Ma chère et tendre déteste être interrompue en pleine lecture, cela me fait toujours sourire. Elle est une femme forte qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui a toujours su se relever après les coups bas que lui a infligés la vie. Avant de la rencontrer je me sentais perdu, enchaîné dans un mariage insensé et sans même savoir ce que je faisais. Mais depuis je me suis assagi et posé; j’ai l’impression d’avoir trouvé enfin ma part de bonheur conjugal et ne voudrais pour rien au monde que cela change.
-Je voudrais qu’on discute un peu parce que j’ai demandé à Lucie d’emménager avec nous
-Mais tu ne m’as même pas consulté! S’exclame Béa
-Je sais bien, calme toi. Ne m’as-tu pas toujours reproché de l’avoir laissé là bas?
-Jules, ce n’est pas une raison. Tu ne peux pas juste nous imposer ce que tu veux comme ça
-Ecoute, si tu veux on en parle plus tard, la coupai-je. Ce n’est pas le sujet là tout de suite
Je vois bien qu’elle est mécontente, on réglera ça plus tard. Elle aime trop bouder, ma Béa!
-Bon, je voulais juste te demander de bien l’accueillir car c’est chez elle aussi ici. Elle vient de perdre sa mère et n’a plus que moi. Tu vois, j’ai adopté Inès comme ma propre fille, je compte les traiter toutes les deux de la même manière et je compte sur toi pour faire de même
-Cela va de soi, tu n’avais pas besoin de me déranger pour ça.
Elle levait déjà les yeux au ciel, en signe d’exaspération
-Arrête de bouder, tu veux! Je te parle de choses importantes là
-Je sais ooh, je sais. J’ai compris, je ferai un gros effort pour ne pas la bruler vive. Bon, j’y vais
Elle se lève et s’en va. Oui, des fois elle peut être franchement casse-pied. N’empêche, je l’aime énormément et son attitude me fait rire plus qu’autre chose. Je m’étire les jambes et m’installe confortablement dans le canapé, c’est parti pour une soirée cinéma en solo.

*Adam DJESSOU
Je suis profondément attristé depuis l’enterrement de maman Rose. Ca fait trois jours déjà et j’hésite à écrire à Lucie, j’ai besoin de la voir mais ne voudrais pas la brusquer. Finalement, je préfère attendre qu’elle m’appelle d’elle-même. Depuis l’enterrement, maman me laisse tranquille. Subitement il n’y a plus de courses à faire? Je commence à comprendre que ce n’était qu’une technique pour m’éloigner de Lucie et ça me rend fou de rage. Mais que faire? C’est elle qui m’a donné la vie et je lui dois tout, alors je ronge silencieusement mon frein dans mon coin. D’ailleurs, je commence déjà les recherches pour m’inscrire dans l’école d’architecture EAMAU. Au moins que tout ce temps libre me serve à quelque chose d’utile. J’ai toujours rêvé de devenir architecte, et là ça va enfin aboutir. J’en suis tellement heureux! Il y a une drôle d’ambiance dans la maison depuis quelques jours, depuis l’enterrement justement. Maman semble assez préoccupée et passe toute la journée enfermée dans sa chambre. En temps normal, je lui aurais demandé ce qui ne va pas car il est évident qu’elle a un problème. Mais je me garde bien de l’approcher, je suis encore bien trop en colère.

*Carla DJESSOU
Cet endiablé de Django m’a bien ficelé! J’ai beau tourner et retourner la situation dans ma tête, je ne vois aucun moyen de m’en sortir sans informer Adam. Eh bien soit! C’est mon fils après tout, il me pardonnera. Et il passera à autre chose, ce n’est que son premier amour après tout. Ca lui passera vite, il y a quand même des milliards de filles dans le monde! Je prends mon courage à deux mains et vais toquer à sa porte
-Oui ?
-C’est moi, Adam
Je prononce ces mots en entrant déjà dans la pièce où je le trouve attablé devant son ordinateur. Sa vue m’enlève mes moyens pendant un moment. Je sais qu’il m’en veut déjà pour mon opération d’isolement de la semaine passée, il va carrément me détester à présent. J’allais trouver une excuse et m’éclipser quand le visage de Django me revient en tête, si je ne le fais pas c’est lui qui le fera. Je rassemble mes forces et commence :
-Mon fils, il faut que je te fasse un aveu très important. Mais d’abord, tu dois me jurer que tu n’en diras rien à personne, pas même à ton père
Je reprenais confiance, peut-être Adam comprendrait-il…
-Qu’est ce qui se passe maman ? Tu m’inquiète
-Je veux que tu promettes d’abord
-Maman, je ne peux pas sans savoir…
-Adam, je suis ta mère et tu sais que je ne veux que ton bien. Tu le sais, n’est-ce pas?
-Oui maman
-Alors j’ai besoin d’être sûre que tu ne parleras de tout ceci à personne
-D’accord c’est bon. Je n’en parlerai à personne. Mais dis moi maintenant, tu m’inquiète

*Adam DJESSOU
Jeregarde ma mère en face de moi, je vois ses lèvres bouger mais j’ai l’impression d’être à des kilomètres d’elle. Je n’entend rien, tout est confus dans ma tête depuis qu’elle a prononcé les mots fatidiques « Lucie est ta sœur ». Je ne comprends pas, je ne veux pas comprendre. Je suis là à la fixer et attendre qu’elle me dise que c’est une blague. Ce n’est pourtant pas son genre de faire des blagues! Comment ça a pu arriver? C’est un cauchemar. Tout à coup, je sens qu’il fait chaud. Sortir, il faut que je sorte. Je me lève sans plus la regarder et me dirige vers la porte. Peut-être qu’en l’ouvrant je vais me réveiller? Mais non, je suis toujours dans la maison, dans le couloir des chambres à coucher. Ce n’est donc pas un rêve? Mais, c’est horrible! Lentement, je me dirige vers le portail, sonné comme si j’avais bu. C’est donc ça le chagrin? Je sens une douleur aigue me traverser le cœur, j’ai l’impression qu’il est en train de se déchirer. Comment? Pourquoi? Pourquoi? Impuissant, je sens d’abondantes larmes couler de mes yeux jusque sur ma chemise.

*Carla DJESSOU
Ouf, ça s’est mieux passé que je pensais. Adam est sous le choc mais ce garçon est fort, il va surmonter ça vite fait. A présent je suis tranquille, c’est pas si mal de dire la vérité finalement. Je me lève pour rejoindre ma chambre quand je croise Léon dans le couloir.
-Où est Adam ? Me demande-t-il
-Il est sorti prendre l’air, répondis-je. Il y a quelque chose ?
-Oui, je dois sortir mais quand il revient dis lui s’il te plait que j’ai besoin de certains de ses papiers.
-Inutile Léon, c’est moi qui les ai
-Parfait, tu peux les poser dans ma chambre ?
-Ok
-A ce soir
Je vais chercher les papiers et les apporte, ça me fait bizarre d’entrer dans cette chambre. Je n’y viens que rarement, Léon et moi faisons chambre à part depuis longtemps, avant même d’avoir emménagé ici. Je pose les papiers et ressort rapidement, il faut que je passe un coup de fil. Je me sens libérée, alors une bonne soirée en compagnie d’un amant serait parfaite

*Béatrice KISSO
Donc Jules veut m’imposer sa fille ici hein? Je n’ai pas bataillé pour qu’elle vienne gâcher mes plans, il va voir se qui se passe.
-Inès! Ma fille, viens ici!
-Me voici, maman
-Ton papa vient de m’annoncer quelque chose. Sa fille Lucie va bientôt venir habiter ici. Donc je te préviens, cache déjà tes affaires. Les enfants des quartiers bizarres là ils volent tout. Il ne faudra pas venir pleurer dans mes oreilles ici. Et puis elle a deux ans de plus que toi mais ça ne veut pas dire que tu n’es pas son égale, fais toi respecter. Tu m’as compris ?
-Oui, maman. Comme il y a une autre chambre là, elle ne peut pas rester là-bas? Comme ça moi je ferme simplement ma chambre à clef
-Einhein! On fera comme ça. En tout cas, je t’ai informé seulement, faut savoir comment la prendre quand elle arrivera

*Lucie KISSO
Je suis impatiente de déménager de cette maison, elle me rappelle trop de souvenirs. Papa m’a envoyé son message depuis une semaine maintenant, et il en reste encore une avant la fin du mois. Tous mes bagages sont déjà prêts, je compte les jours. Maman Béa et Inès se sont toujours montrées gentilles avec moi alors je n’ai pas peur, j’ai bien de la chance. Mon seul souci maintenant est Adam qui a littéralement disparu du quartier. Je l’appelle sans réponse, je le bombarde de sms mais toujours aucune réaction de sa part. J’ai même été plusieurs fois chez lui, où on m’a laissée entendre qu’il était absent. C’est vraiment étrange de sa part, je ne l’ai pas connu ainsi. On dit que c’est le malheur qui révèle les vrais amis. Adam est devenu quelqu’un d’autre depuis le décès de ma mère mais pourquoi? Question pour un champion!
A suivre…
Par Plume Dona, tous droits réservés.

Chapitre précédent—————–Chapitre suivant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s